Chroniques

Chronique plongée - la loi des tiers et le volume de contrôle

Modifié le 19 mai 2016 par Nepteau

Depuis votre première formation en plongée sous-marine, on vous parle d’une réserve de gaz. En plongée technique, c’est la loi des tiers. Un tiers du cylindre pour aller, un tiers pour le retour et un tiers en cas de pépin.

De façon générale, les plongeurs techniques qui respectent cette règle, en plus d’entretenir adéquatement leur équipement, de planifier correctement leurs plongées et qui respectent ce plan, n’auront probablement jamais de panne d’air. Pour ma part, après 20 ans de plongée technique, ceci ne m’est jamais arrivé. Est-ce la chance? Peut-être … Une chose est certaine, la planification et le respect du plan sont présents lors de chacune de mes plongées.

Certains vous diront que l’équipement a beaucoup évolué, que rares sont les bris occasionnés par un mauvais fonctionnement et que si ceci arrive, qu’ils peuvent réagir adéquatement et rapidement.

Saviez-vous qu’un cylindre de 80 pi3 plein peut se vider en environ 1 minute en fonction du type de problème observé? Le temps pour réagir est très court! Un manquement aux règles de base (présence de narcose, désorientation), un bris d’équipement à la suite à un impact ou non et une incapacité d’agir efficacement sont là un échantillon des causes qui peuvent entraîner une panne d’air.

La règle des tiers simples déterminée à partir de la quantité de gaz à l’intérieur de votre cylindre est habituellement adéquate si des mesures supplémentaires sont ajoutées. De telles mesures peuvent comprendre, par exemple, de débuter la plongée à contre-courant ou de nager plus lentement à l’aller qu’au retour. Chacun des copains de plongée devrait également avoir des formats de cylindre identiques.L'instructeur de plongée technique Christian Poirier

Imaginé maintenant deux plongeurs: le premier utilise deux cylindres de 80 pi3 alors que le second possède deux cylindres de 130 pi3. Puisque le volume d’urgence disponible grâce à la loi des tiers est différent (160 pi3/3 par rapport à 260 pi3/3), il est probable que si le plongeur avec les plus gros cylindres tombe en panne d’air, il n’y aura pas assez de gaz dans les petits cylindres pour que les deux plongeurs puissent revenir en toute sécurité.

Le volume de contrôle permet de corriger la règle des tiers dans le cas où différents formats de cylindres sont utilisés. Pour se faire, il suffit de déterminer le plus petit tiers (en volume) disponible à travers les membres de l’équipe et d’utiliser ce volume pour déterminer la pression de retour.

Si vous désirez avoir un exemple de calcul du volume de contrôle, cliquez ici

Christian Poirier

Instructeur technique

Nepteau